Index du Forum

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le serpent et l'indien

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum >>> contes, légendes, poésie ..... >>> Contes et légendes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
farandole



Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 2 647
Féminin

MessagePosté le: Jeu 21 Mai - 17:03 (2009)    Sujet du message: Le serpent et l'indien Répondre en citant


Le soir, quand le soleil descend derrière les collines, la coutume veut que les
anciens racontent les légendes du peuple indien. Alors les guerriers, squaws
et papooses s'installent autour du conteur, et celui-ci raconte ..

En ces temps étranges, le soleil s'est arrêté au-dessus de la terre ..
il n'y a plus ni ombre, ni nuit ... Les bêtes et les hommes ont bien du
mal à dormir, dès qu'ils s'assoupissent un instant, la brûlure de la
lumière les réveille bien vite. Seuls les serpents s'en accommodent ..
car on ne sait par quel incroyable hasard, les serpents possèdent
également la nuit et les ténèbres. Ce qui est profondément injuste !

Un jour, le grand chef Indien s'enfonce au plus profond de la forêt,
là où vit le roi des serpents, pour le prier de partager les ténèbres
avec tout le monde.
Le roi des serpents dort dans son palais d'ombre fraîche quand le 
grand chef Indien se présente devant lui.
Au bruit qu'il fait, le serpent se réveille en sursaut.
- Qui es-tu, toi qui oses interrompre mon repos ? siffle-t-il furieux.
Le grand chef Indien lève les bras en signe de paix et dépose au
pied du serpent un arc magnifique et des flèches à la pointe d'or :
- Je ne suis qu'un pauvre homme, ô serpent, qui vient te demander
  un peu de nuit et de ténèbres. En échange, voici le plus beau
  présent que je puisse t'offrir.
Le serpent le fixe de son oeil immobile :
- Que puis-je faire d'un arc, ô homme, moi qui n'ai pas de mains ?
Le grand chef Indien songe qu'il a raison !

Il retourne chez les siens, convoque le conseil des Anciens qui,
après délibération, décide d'offrir au serpent une crécelle. 
Sage idée, pense le grand chef. Elle lui sera utile pour accompagner
les danses de son peuple.
Et il s'aventure à nouveau au coeur de la forêt.
Le roi des serpents l'attend. Il considère la crécelle d'un air songeur :
- Que puis-je faire d'une crécelle, ô homme, moi qui n'ai pas de
  mains ?
Mais cette fois, le grand chef Indien a une réponse :
- Je vais l'attacher au bout de ta queue, ô serpent, cela t'amusera.
Ce qu'il fait. Et quand le roi des serpents remue la queue, la crécelle
tinte. Il trouve cela assez drôle, en effet. Alors il donne au grand chef
Indien un peu de nuit et de ténèbres, qu'il emprisonne dans un sac
en cuir. Le grand chef soupèse le sac, c'est bien léger !..
- Dis-moi, ô roi des serpents, que veux-tu en échange de la nuit
  toute entière et de ses ténèbres ?
Le serpent réfléchit, l'oeil mi-clos.
- Ce que tu demandes là est considérable ! Cent crécelles ne suffiront
  point. Apporte-moi plutôt une grosse cruche de ce terrible poison 
  dont vous enduisez la pointe de vos flèches !

Sur ce, le grand chef Indien s'en retourne au village. Les siens le
reçoivent triomphalement et lorsque l'on ouvre le petit sac en cuir,
la nuit et ses ténèbres recouvrent la terre.
Les Indiens peuvent alors se reposer. Mais le sac est minuscule et la
nuit de courte durée. A peine le sommeil s'est installé sous les
paupières que la lumière l'en chasse bien vite. 
Les Indiens ne s'accommodent point de ce jour si long et de cette
nuit si brève. On convoque à nouveau le conseil des Anciens qui
autorise alors le grand chef à porter au roi des serpents une cruche
pleine de poison.
C'est un long, très long travail que de recueillir goutte à goutte toute
cette quantité de poison, mais ils y parviennent, tant est grand leur
désir de ténèbres.
Et pour la troisième fois, le grand chef Indien s'enfonce dans la forêt.
Le roi des serpents a fait préparer dans un grand sac une longue
nuit pleine de ténèbres et il l'offre au grand chef en échange de la
grosse cruche de poison.
- Je te remercie au noms des miens, ô roi, dit le chef Indien. Mais, 
  dis-moi, une chose m'intrigue : que vas-tu donc faire de ce terrible
  poison ?
Le serpent soupire :
- Vois comment nous sommes : petits, faibles pour la plupart,
  inoffensifs et désarmés. Trop de gens nous font des misères.
  Ce poison servira à nous défendre à l'occasion.
Le grand chef hoche la tête :
- Il est juste que tous puissent se protéger !
Il met le grand sac sur son épaule. Mais le serpent ajoute :
- Surtout, n'ouvre pas ce sac avant d'arriver chez toi. Les ténèbres
  envahiraient la terre avant que je n'ai eu le temps de distribuer
  le poison à tous les miens.
Le grand chef promet et s'en retourne vers son peuple.

Mais sur le chemin, il rencontre un perroquet.
- Qu'as-tu sur tes épaules, ô grand chef Indien ?
A peine a-t-il répondu, que l'indiscret oiseau s'envole en criant à
tue-tête : L'homme porte dans son sac une longue nuit pleine de
ténèbres ! Venez tous !
Et tous les animaux s'attroupent autour du grand chef. Et ils
supplient : Montre-nous, montre-nous, ..
Le grand chef refuse, rappelant la promesse qu'il a faite au serpent,
mais les animaux ne veulent rien entendre, ils lui arrachent le sac
des mains et l'ouvrent en poussant des cris de joie.
Tout aussitôt, les ténèbres plongent la terre dans une nuit épaisse.
Ainsi qu'il l'a dit, le roi des serpents est en train de répartir le poison
entre les siens, mais la grande nuit noire l'empêche de poursuivre
sa tâche. Et pire, les serpents, affolés, se bousculent pour avoir leur
part et renversent alors la cruche de poison ..
Les uns ont réussi à emporter une grande quantité de poison,
d'autres un peu, et certains pas du tout.

Voilà pourquoi, aujourd'hui, il y a des serpents venimeux, dont la
morsure est parfois mortelle, et des serpents qui ne le sont pas.
Ce n'est pas toujours facile à deviner.
Sauf pour la famille du roi : ceux qui en font partie portent tous une
crécelle au bout de la queue, .. vous savez, ce petit cadeau amusant
du grand chef Indien ! 

                 
                                      "Légende des Indiens d'Amérique"


L'amitié double les joies et réduit de moitié les peines.

this.previousSibling.style.display = 'none';" />


Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Jeu 21 Mai - 17:03 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum >>> contes, légendes, poésie ..... >>> Contes et légendes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo